Parmi le tsunami de sentiments que j’ai ressenti après avoir découvert que j’étais enceinte, il y en a un que j’ai du mal à avouer. Je t’ai déjà parlé de la culpabilité de ne pas avoir prévu cette grossesse, de mes craintes de future maman d’un garçon, mais là, je vais te révéler un truc que je ne pensais pas pouvoir formuler à « haute voix ». Attention, minute Confessions Intimes : l’Amoureux est d’origine cambodgienne, et attendre un bébé métissé m’a complètement déstabilisée !

Le métissage et la grossesse

J’ai toujours craqué sur les bébés métissés et l’un de mes grands rêves depuis toute petite est d’adopter, donc le problème en soit, ne vient pas de la mixité. D’ailleurs, je ne serais pas tombée amoureuse de l’Amoureux si c’était un souci… Tu me suis ? Et pourtant un vent de panique m’a submergée à l’idée que mon futur bébé, celui que j’avais dans mon ventre, serait eurasien. Paf, c’est dit ! À chaque fois que je le formule, je me choque moi-même. Incrédulité totale : Mais pourquoi ? Mais comment ? Moi réagir comme ça ? Moiiiiiiiii ??? Lorsque nous nous sommes rencontrés avec l’Amoureux, je me suis posée la question : « Suis-je prête à donner naissance, un jour, à un bébé très différent de moi physiquement ? » Soyons réaliste, il est peu probable que mes gênes de bébé blondinet aux yeux bleus prennent le dessus sur le gène asiatique. Je suis alors allée voir des photos de bébés cambodgiens pour essayer de me projeter et bien évidemment, je les ai trouvés tellement craquants, que je n’ai plus eu de doutes… Jusqu’à ce que je sois réellement enceinte.

La peur de l’inconnu

Le facteur « inconnu » venait encore perturber cette grossesse ! Qu’est-ce qui me faisait si peur ?

  • La différence physique. Je n’arrive pas à imaginer mon futur bébé autrement que comme un stéréotype de bébé asiatique, impossible de visionner quels traits il pourrait prendre de moi… Cela me parait encore plus difficile pour un garçon. Je suis du genre à avoir besoin de visualiser le futur, de rêver, de me projeter, pour avancer et m’enthousiasmer. La grande question : vais-je avoir tout de suite le sentiment que c’est bien mon enfant ? Contrairement à ce que l’on veut laisser croire, le lien ne se fait pas toujours dès la rencontre pour beaucoup de femmes mais le sujet est encore tabou.
  • La fin de la transmission  J’aurais aimé, par exemple, transmettre mes yeux bleus, comme un héritage familial. J’avais intitulé un billet « Le deuil des yeux bleus » lorsque ceux de Minidemoiselle sont devenus marrons… Adieu ma seconde chance, je n’aurai jamais d’enfant aux yeux bleus. Cela peut paraître futile mais quel parent n’est pas fier d’entendre « il a tes yeux », « il a ta bouche » etc.
  • Le regard des autres et le fait que l’on puisse croire que ce n’est pas mon enfant. Va-t-on penser que je suis la nounou ? Ou que mon bébé est adopté ? Forcément, ça arrivera.
  • Le racisme. Je n’ai jamais été confrontée au racisme directement, mais mon fils le vivra peut-être et il faudra que je gère cela. Je vais peut-être avoir moi-même des remarques. Je n’en sais rien mais il y a tellement de gens bêtes.
  • Les explications. Deux enfants très différents physiquement… Pas besoin d’en dire plus, je m’attends à devoir raconter ma vie assez souvent et je me dis que plus grands, mes enfants devront aussi expliquer le pourquoi du comment. Pourtant, personnellement, le côté United Colors, j’adore donc au fond, ce n’est pas un problème. Si je pouvais adopter en Afrique pour agrandir la famille, ce serait le bonheur !

Où j’en suis maintenant ?

J’ai encore beaucoup de mal à imaginer Petitigre. Mais de toute façon, pour Minidemoiselle, j’avais tout faux ! Je ne sais absolument pas ce qu’il va se passer mais je m’habitue à tous ces facteurs inconnus qui rythment cette grossesse. Lui créer un univers, décorer sa chambre ou encore lui donner un surnom, me permet de tisser un lien malgré ces petits couacs. J’ai hâte que son cocon soit prêt, de préparer sa valise pour la maternité, de vivre de nouveau la grande aventure de l’accouchement et la rencontre se fera enfin… Alors, je serai forcément, la maman la plus fière du monde.

Je me suis livrée sur un sujet que je n’aurais pas pensé aborder ou vivre un jour. Est-ce que la grossesse a aussi révélé en toi des doutes inavouables ? Penses-tu qu’il existe encore beaucoup de tabous autour de la grossesse et la maternité ?

Photographies issues de la très belle séance couple réalisée l’année dernière avec Emilie K Photographie

12 Commentaires sur “Attendre un bébé métissé ou la crainte de l’inconnu

  1. Sara Sans H says:

    Très bel article… Sachant la maman exceptionnelle que tu es, je ne me fais aucun souci sur toutes ces petites angoisses que tu surmonteras, comme toujours <3

  2. Aurel says:

    Je pense que tu es une femme moderne qui casse les codes habituels et ça c’est tout à ton honneur .Que baby boy te ressemble ou pas physiquement il aura vos valeurs votre éducation ce qui reste le plus important. Quelle que soit la couleur de peau les traits ou bien une couleur de cheveux (et je sais de quoi je parle 🙂 ) la différence dérangera toujours mais c’est ce qui fera aussi sa force demain.Ton ptit tigre sera donc au top avec une super maman bien ancree dans ce monde.

    • Isadora Delarose says:

      Merci pour ce trop joli message <3 Je suis sûre que tout se passera bien, le début de la grossesse a été un gros chamboulement avec plein de craintes mais plus les jours passent, plus je suis sereine. Le futur papa dit exactement la même chose pour la différence 😉

  3. Alexslittleworld says:

    Coucou !
    On avait déjà échangé sur le sujet … Regarde, moi, je suis 1/4 vietnamienne par ma grand-mère paternelle ! Ian est quant à lui, un savant mélange de 2 cultures voire 3 entre la mienne et son papa dont sa famille est juive pied-noir (extrêmement oriental tout ça si je peux dire !).
    Les bébés métisses ou mulâtres dans ton cas, sont de magnifiques bébés ! ✨Ne soit pas inquiète, ma Jolie Maman ! Bravo pour ton article, je pense que de coucher tes sentiments sur papier n’ont pas du être faciles, mais ça a dû te faire du bien de les écrire, non ?!
    Gros bisous ✨

    • Isadora Delarose says:

      Coucou, j’étais déjà plus apaisée avant de l’écrire, sinon, je n’en aurais pas été capable je pense. Je pense que d’autres mamans doivent passer par ce petit chaos intérieur sauf que c’est tabou. Et tant qu’on ne le vit pas, c’est difficile de se l’imaginer. L’Amoureux était surpris en me lisant, car il s’était toujours imaginé avec un bébé métissé pour sa part… Il faut dire aussi qu’on ne vit pas les choses de la même façon, il ne l’aura pas construit dans son bidou mais il a bien compris toutes les questions que ça pouvait soulever. Gros bisous et à bientôt.

  4. aurélie says:

    Coucou,
    Je vais t’avouer quelque chose, quelques soient les circonstances on est toujours pleines de doutes, c’est la dure loi de la maternité !!
    J’ai été hospitalisée pour une menace d’accouchement prématurée à 6 mois de grossesse, l’une des mes premières remarques (interne, faut pas déconner on a toujours peur du jugement pour en parler aux autres), c’était de me dire que je n’allais pas l’aimer dû à son apparence physique de bébé minuscule et branché sous couveuse … C’est horrible mais après en avoir parlé à ma psy apparemment il n’y a rien de choquant !!
    Bref, peut être que ton fils n’aura pas tes yeux et des cheveux blonds mais il aura sans doute un tas de choses que lui transmettra (c’est même sûr !!), les gens se diront que c’est un beau bébé métissé (et puis on s’en fichent de ce qu’ils disent, une fois on a dit à un ami que son bébé (mon fils) était trop beau, à côté du véritable papa, tout ça parce que notre ami avait les yeux bleus … comme mon fils !!)
    Je trouve qu’il n’y a pas plus beau cadeau pour un enfant que de naitre de deux cultures différentes, de deux origines …. c’est un force pour tous 🙂
    Et quand tu le verras, tu sais très bien qu’une évidence s’installera entre vous 🙂 les relations mère/fils sont extra !!
    Bonne continuation 🙂

    • Isadora Delarose says:

      Coucou, un grand merci d’avoir osé aussi dévoiler tes pensées ! Je les comprends complètement et j’aurais très certainement pensé comme toi, sauf que peu de personnes osent l’avouer 😉 Moi aussi je trouve que c’est merveilleux ce croisement des cultures. J’adore écouter ma belle-mère (je ne comprends pas tout hi hi) me raconter les traditions et les rituels, que de richesse d’échanges. J’espère que Petitigre apprendra plein de choses sur ses origines. Merci à toi et à bientôt !

      • aurélie says:

        C’est en gardant toutes ses choses pour nous qu’on crée (involontairement) des tabous, mais il faut oser en parler, d’abord ça fait du bien de se libérer et ensuite ça peut aider d’autres futures mamans qui culpabilisent de penser ainsi.
        Quand mon fils est né j’ai eu beaucoup de mal à m’adapter à ma nouvelle vie de mère, j’entendais parler de ce moment fort ou on oublie tout dès qu’il est là, quand on le pose sur nous, qu’on est envahie d’un amour fou … je n’ai rien ressenti de tout ça, j’ai dû apprendre à le connaitre, apprendre à vivre à 3, apprendre à être mère, tisser ce lien entre nous, malgré tout l’amour que j’avais pour lui.
        Et même 4 ans après je n’ai pas oublié ma grossesse mais appris à l’accepter et à me dire que ça ne l’empêche pas d’être un petit garçon équilibré et moi une mère qui aime son fils.
        Il faut s’écouter et parler c’est important 🙂

        • Isadora Delarose says:

          Tu expliques très bien ce que beaucoup de mamans ressentent. J’ai eu des moments où je ne comprenais pas ma fille bébé, des moments où je me sentais désemparée car la communication ne semblait pas se faire comme on peut nous le faire croire « tu comprendras les pleus de ton bébé », « l’instinct maternel »… Et pourtant, je pense que je n’aurais pas pu faire plus pour elle, je me suis démenée autant que j’ai pu et les liens se sont tissées dans les recherches et tâtonnements de tous les jours pour mieux la comprendre. Merci Aurélie pour ce chouette échange !

Et si nous papotions ? Laissez-moi un message…

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fringilla libero. neque. massa sed felis commodo