Soit tu vas me prendre pour une illuminée ou une moralisatrice, soit tu penses  aussi qu’il faut changer de mode de consommation. Pas « un jour » mais bien maintenant ! Depuis 2016, je n’ai acheté aucun papier d’aluminium, ni film étirable, ni essuie-tout. Je suis très loin du zéro déchet et du tout sain et je ne suis pas un modèle. Je pars de loin mais j’adopte une bonne habitude après l’autre. Je mise sur le changement durable ! Je t’embarque dans l’aventure ?

1 ◊ L’essuie-tout ou « sopalin »

On s’habitue vite à ce truc pratique et jetable commercialisé depuis 1946 mais il faut bien se dire qu’avant, tout le monde s’en passait très bien. Côté écologie, il n’est pas recyclable une fois utilisé mais bien compostable… Sans compost, c’est direction la poubelle grise. Bof, bof. La dépense par habitant serait de 152 euros par an. Décrochage de mâchoires ! Tu n’imaginais pas ça non plus, avoue ? Pour remplacer le papier absorbant, j’utilise tout simplement les carrés microfibres multi-usage de VIP Domotec en fibres recyclées. Ils absorbent très bien, essuient et nettoient. Ils sont efficaces à sec pour faire la poussière ou humide pour laver. J’en ai deux dédiés à la cuisine qu’il suffit de passer à la machine – sans produit assouplissant – pour les réutiliser. Les éponges font aussi le job mais je les trouve moins efficaces.

2 ◊ Le papier d’aluminium

Numéro 1 de mon bannissement !  Côté santé, il y a débat, mais l’aluminium est un neurotoxique que l’on retrouve en quantité plus élevé chez les patients des maladies d’Alzheimer et de Parkinson. Imagine les petites particules métalliques qui sont libérées au contact des aliments… Tu t’en régales. Pour les mêmes raisons, je n’achète plus de boites de conserve, ni de canettes et depuis peu, j’ai aussi supprimé les capsules en aluminium (Nespresso). Je t’en reparlerai dans un article sur mon objectif : ma cuisine minimaliste. Mes solutions pour le remplacer ? Des contenants, comme je te l’explique plus loin.

3 ◊ Le film étirable

Deux raisons pour le supprimer de nos placards :

  • Il est non recyclable dans notre usage quotidien, car trop fin.
  • Il contient des perturbateurs endocriniens (phtalates et bisphénol A) – encore eux ! – il ne faut donc pas le mettre en contact direct avec les aliments et encore moins le faire chauffer.

À la maison, je conserve tout dans des boites en verre. Pour l’extérieur, les enfants ont des lunchs box personnalisées de chez C-MonEtiquette qui nous suivent dans toutes nos aventures. Elles sont en plastique – plus maniables pour les petits – sans BPA et sans phtalates. Le plus : il y a un pain de glace amovible intégré, parfait pour les pique-niques. Ce système ou celui des Bento permet de transporter salades, légumes, mini sandwichs, morceaux de formages, charcuterie, fruits… Dans un même contenant compartimenté et réutilisable à l’infini. Pour moi, j’utilise les mêmes boites en verre que pour la maison et des torchons pour emballer.

4 ◊ Le coton démaquillant

Si tu utilises du coton démaquillant tous les jours, cela représente à la fin de l’année le volume d’une baignoire pleine. Rien que ça ! Si cet argument ne te suffit pas, sache que la culture du coton conventionnel jetable est la plus polluante au monde. Hop, on le zap ! Ma solution ? Pour le démaquillage, je me suis constituée un joli lot de carrés lavables que j’ai cousu moi-même ou que l’on m’a offerts. De très bonnes marques comme Les tendances d’Emma en ont fait leur produit phare mais tu peux en retrouver aussi en vente à domicile chez VIP Domotec. Mon avis : Ce n’est pas une prise de tête pour moi. Je me démaquille, je jette mes carrés démaquillants dans la corbeille de linge sale et zou, à la machine avec le reste. Je suis bien consciente que côté textile et vêtements, un même effort devrait être fait pour réduire l’utilisation du coton que j’aime pourtant tant. Vivement l’air des textiles en chanvre ! Oui, oui, tu as bien lu.

5 ◊ Les pailles en plastique

Sauvons les animaux marins ! Elles polluent les océans et c’est un vrai fléau pour tous ses petits habitants qui les mangent. Pour les mêmes raisons, les cotons-tiges en plastiques seront interdits à la commercialisation dès 2020. Il existe des pailles en acier inoxydable lavables à l’aide d’un goupillon spécial. Celles en papier sont là pour les jolies occasions.

Mes prochains objectifs

J’ai tant de choses à changer ! Je vais continuer de me fixer des objectifs atteignables. Mon prochain changement – auquel je tiens particulièrement – vise les protèges slips, serviettes hygiéniques et tampons. Le sujet a fait polémique ces dernières années et il est temps que je m’y attelle. Et côté ménage au naturel, j’ai aussi commencé de vrais changements que je partage aussi avec toi. Pour le reste, à suivre…

Et si nous papotions ? Laissez-moi un message…

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dictum vulputate, nunc efficitur. neque. vel, Aenean